Les calques ✏

Vous avez déjà entendu parler des calques si vous avez discuté avec quelqu’un de Photoshop par exemple.

Qu’est-ce qu’un calque ?

Indice : ça porte bien son nom.

Exemple

Vous avez réalisé un dessin au crayon, on y voit des traits de constructions, des ajustements, des zones un peu sales où vous avez gommé et vous aimeriez en sortir une version propre.

Vous avez plusieurs options :

– le décalquer en utilisant du papier calque
– utiliser une table lumineuse (ou votre fenêtre si vous n’en avez pas mais la position est moins confortable ^^⁾

Dans ces deux solutions, vous allez prendre une nouvelle feuille (de calque pour la première option) que vous allez superposer à votre dessin.

Au passage, cela vous permet de repositionner votre dessin dans votre page.

Puis vous allez repasser les traits pour qu’ils soient propres, avec un crayon, un feutre ou appliquer directement de la couleur.

Eh bien dans les logiciels, que ce soit Photoshop ou Clip Studio Paint, un calque c’est la même chose.

Un calque est une « feuille » que l’on place au dessus d’une autre, soit pour cleaner un dessin, soit pour y ajouter de la couleur ou des effets ou tout ce que vous voulez. Mais surtout, vous pouvez en ajouter autant que vous voulez !

Ajouter des calques

Créer un nouveau document d’illustration dans Clip Studio Paint.

Regardez votre fenêtre calque.

fenêtre de calque

De base vous avez deux calques.

Le plus en dessous est chez moi « papier » et c’est un fond blanc.
Dans les paramètres de création du document vous pouvez choisir entre un fond blanc ou un fond de couleur de votre choix ou un fond transparent.

Au dessus se trouve un calque appelé « Calque 1 ». Vous pouvez le renommer en double cliquant sur le texte et lui donner un nom correspondant à ce à quoi vous le destinez.

renommer le calque

Vous pouvez le renommer à tout moment, c’est principalement pour votre organisation.

Admettons que ce calque serve à votre crayonné, vous pourriez le nommer ainsi.

Vous avez fait votre crayonné, vous en êtes content mais comme vu précédemment il est assez fouilli, plein de traits de constructions et vous pensez ajouter des détails en le mettant au propre.

crayonné

Vous allez donc créer un nouveau calque que vous placerez au dessus de celui-ci pour faire votre « clean ».

Regardez en bas de votre « fenêtre calque ».

Voici les boutons proposés :

bouton fenêtre de calque

Si vous passez votre souris au survol des différentes icônes, leurs rôles s’affichent.

Les deux premières permettent de créer un nouveau calque. Mais alors, lequel choisir ?

Calque de pixellisation ou calque de vecteur ?

Le calque de pixellisation

calque pixellisation
Ce calque vous permet de dessiner dans un espace « matriciel ».

Si vous zoomez à fond sur une image, vous finissez par en voir ses pixels. Une image matricielle c’est un quadrillage de pixels. Si vous dessinez sur un calque de pixellisation, vos traits rempliront de votre couleur les pixels.

Le calque de vecteur

calque de vecteur
Rappelez-vous au collège lorsque vous étiez en 4ème en cours de mathématique, vous en avez entendu parlé.

Les vecteurs définissent des directions dans l’espace.

Oui mais quel rapport avec le dessin ?

Lorsque vous dessinez sur un calque de vecteur, vos traits suivent des directions, et sont donc interprétés par le logiciel comme des coordonnées spatiales.

Mais à quoi ça sert ?

Le dessin vectoriel (dans la suite adobe le dessin vectoriel se fait sous Illustrator) permet de réaliser des dessins qui pourront être agrandis / rétrécis sans perte de qualité.

Pourquoi ?

Parce que tous les points sont définis par des coordonnées qui peuvent être recalculées facilement lors de modification de la forme. Ainsi vous n’avez pas de problème de « pixellisation » avec des fichiers vectoriels.

Quel type de calque choisir ?

Si vous faites une illustration classique et que vous avez bien défini votre fichier de départ en terme de dimension, vous choisirez le calque de pixellisation.

Si vous faites un logo il faut choisir le claque de vecteur. Vous pourrez l’adapter aux différents supports de communication. Cela dit, pour ce type de travail, j’aurai tendance à privilégier la suite Adobe.

Si vous avez choisi un calque de vecteur pour une illustration classique, il n’y aura pas vraiment de différence avec un calque de pixellisation. L’utilisation de l’outil gomme pourra peut-être vous surprendre mais si vous avez en tête qu’il s’agit de vecteurs que vous « gommez » vous devriez vite comprendre comment ça marche.

A noter qu’un calque de vecteur peut être transformé en calque de pixellisation, mais pas l’inverse.

Vous avez donc créé votre calque « clean ». Vous commencez à dessiner par dessus votre crayonné… Problème : vous n’arrivez pas à distinguer vos traits de crayonné de vos traits clean.

Couleur de calque !

Nous allons utiliser la couleur de calque pour bien repérer nos traits. Je sélectionne mon calque de crayonné, et dans la fenêtre « propriété de calque » je vais cliquer sur le carré bleu.

couleur de calque
Voilà ce que je devrais obtenir

application couleur de calque

Maintenant lorsque je dessine sur mon calque clean, je vois clairement mes traits.

clean

Une fois que mon clean me convient, je peux masquer le calque de crayonné en décochant l’oeil à gauche du calque.

Vous pouvez ensuite ajouter un calque pour la couleur de votre personnage, pensez simplement à le placer sous votre calque de clean pour que la couleur ne passe pas par-dessus les traits.

Lorsque vous ajoutez un calque, le calque créé se positionnera toujours au-dessus du calque sélectionné. Pour que le calque sur lequel vous allez mettre vos couleurs soit bien sous le calque clean, positionnez-vous sur le calque crayonné et cliquez sur le bouton « nouveau calque de pixellisation ».

Exemple

position des calques

Sur ce dessin vous pouvez voir que j’ai utilisé différents calques : pour la couleur principale du personnage, puis un calque pour les lumières et un autre pour les ombres et enfin un calque pour que les contours du personnage soient en couleur et non en noir.

Eh oui, il est conseillé de placer les différentes étapes de votre dessin sur des calques séparés. Pensez-y, si vous n’êtes pas content des couleurs choisies, pas la peine de recommencer toute l’illustration ! Créez un nouveau calque de couleur, masquez l’ancien (on clique sur l’oeil à gauche) : ne le supprimez pas vous pourriez vouloir comparer vos différents choix de couleur.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire je serai ravie d’y répondre 🧐

Pour voir la réalisation de ce dessin :

A vos dessins !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.